Mon blog a pour objectif de vous raconter mon expérience douloureuse du harcelement moral au travail
  • Accueil
  • > Comment le salarié le ressent ?

Comment le salarié le ressent ?
8 septembre, 2010, 9:17
Classé dans : Non classé

Le harcelement moral ou “psycho-terreur a toujours existé dans le monde du travail mais il n’a réellement été dénoncé que récemment par la communauté intellectuelle scientifique.   La jurisprudence prendra ensuite le relais en considérant que cette forme particulièrement odieuse de harcelement  repose sur de multiples faits qui peuvent paraitre insignifiants, difficilement prouvables et apparaissent comme  subjectifs, qui se retournent souvent sur la victime présentée et considére, par celui ou celle qu’elle accuse, comme obsédée ou délirante   : c’est la répétion de ces faits qui font que l’empiètement sur le psychisme d’autrui devient une agression qui finit par être acceptée par ceux qui en sont le témoin. Pour mon cas personnel, je dirais que  le harcelement moral que je subissais, tous les jours ou presque, je le vivais, avec la peur au ventre, la peur d’aller travailler,l’angoisse,  même si je m’étais  habituée à cette situation, la crainte de ce qui allait encore se passer, les  propos désobligeants que j’allais encore entendre sans doute par mon chef, ma patronne, mes collègues (particulièrement une d’elle qui en a bien profité).Toujours rabaissée, toujours moi qui ne comprenait pas,  toujours moi qui avait fait une  erreur,  ou mal fait mon travail. Impossible pour moi,  de répondre à la collègue qui me parlait tout le temps ou presque, sur un ton agressif, méprisant, me faisant sentir tous les jours qu’elle était bien supérieure à moi.Impossible pour moi, d’aller me plaindre à ma patronne, des remarques désobligeantes que je subissais de la part de ma collègue, puisque ma patronne faisait  de même. J’avais perdu confiance en moi,  et quand on perd confiance en moi, c’est une sensation terrible. Constamment surveillée, “traquée” on travaille dans la peur, vérifiant plusieurs fois les documents, alors qu’une fois suffit. On a peur de tout. En fait, j’étais la serpillère sur laquelle on marchait,  celle sur qui on criait, tout le temps ou en tous cas très souvent, c’était  devenu”monnaie courante et plus personne n’y faisait attention, cà faisait partie  tout simplent des habitudes de l’Etude. J’étais celle  qu’on ne voyait plus depuis longtemps, qui n’existait plus ,  celle qu’on pouvait rabaisser sans arrêt sans que çela  dérange qui que soit. Pendant ce temps , je peux dire  que les collègues se régalaint, car même si  à la base l’erreur provenaient  d’elles, elles étaient suffisamment hypocrites pour faire en sorte que ça retombe sur moi. Perte de confiance en soi, au point de penser que l’on est vraiment nulle et qu’aucun  employeur ne voudra de nous. Moi personnellement, c »est ce que ma patronne m’a dit après une ième altercation “ma pauvre Marie Hélène, aucun employeur ne vous gardera”, sauf elle bien entendu, qui faisait preuve sans doute de beaucoup de courage et de bonté  en gardant une employée comme moi, qui ne faisait  pas grand chose et en plus mal. 

 

Retour 


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

AHL EL KSAR |
pachasirdarlin |
Variations fugitives |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kaleidoscope
| Vol d'un voilier et persécu...
| La 5ème Batterie du 16ème G...